Songhaï: l’Afrique relève la tête!

Centre_Songhai_photo_Pascale_Minet_DR

(RTS, Prise de Terre, photo Pascaline Minet – DR)

J’ai découvert la démarche de Songhaï dans l’émission Prise de Terre du 18.04.15 (écouter l’émission). Ce projet d’agro-écologie a été lancé il y a plus de 30 ans par le Frère Godfrey Nzamujo, prêtre dominicain, docteur en électronique, en microbiologie et en sciences de développement, au Bénin, pour développer, diffuser et transmettre des technologies pour l’Afrique. Élevage de poissons nourris par les vers élevés dans les fientes des poulets, recyclage des eaux usées à l’aide de jacinthes d’eau, production de biogaz à partir de paille et de déjections (y compris humaines), culture de légumes à l’ombre des palmiers à huile, fabrication semi-industrielle de jus de mangue pour l’exportation, etc. Et tout cela avec une approche bio et permaculture (pas de labour), en visant l’autonomie. Mais le but principal est de former des centaines de « fermiers songhaï » capables de générer sur leurs sols un surplus agricole leur permettant de dépasser l’agriculture de subsistance et de former à leur tour d’autres « entrepreneurs agricoles ». Autant d’individus qui n’iront pas grossir les bidonvilles des métropoles africaines et accroître la misère.

Le Projet de réplication du modèle Songhaï dans une quinzaine de pays africains avec le soutien du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) est lancé en 1993 et Songhaï est même promu Centre d’Excellence régional pour l’Afrique par les Nations-Unies en 2008.

J’ai rarement vu un projet qui intègre aussi bien les trois piliers du développement durable:

  • écologique (production bio dans une sorte d’écosystème artificiel),
  • économique (on forme des « entrepreneurs » capables de créer une plus-value et des échanges marchands)
  • et social (formation, partage, solidarité).

Alors j’adresse un immense coup de chapeau à Godfrey Nzamujo qui permet, selon ses propres termes, à l’Afrique de relever la tête!

Vraiment démerdes, les Africains!

4608587_6_7bdb_w-afate-3d-printer-l-imprimante-3d-qui-recycle_2b0b62986dd5e818b5b22ca47206518b

(W.Afate 3D Printer, l’imprimante 3D qui recycle les déchets électroniques. Source: www.lemonde.fr)

Merci à Sarah Dirren (RTS, La 1ère) qui m’a transmis le lien vers cet article qui prouve, une fois de plus, que les Africains sont vraiment doués en matière de développement durable! En fait, l’imprimante 3D ne recycle par les déchets électroniques, mais elle est, j’imagine, constituée de composants récupérés sur de vieux ordinateurs (alimentation, châssis, commandes…) et de vieilles imprimantes (moteurs pas à pas, rails…). Il faut maintenant que je contacte ce Monsieur Sénamé Koffi Agbodjinou, animateur du Woelab de Lomé, pour lui suggérer de construire une Filamaker lui permettant de recycler d’autres déchets thermoplastiques en fil pour son imprimante 3D. Après quoi, je vais voir comment organiser un transfert de technologie vers le Burkina Faso et le Sénégal avec le concours du Centre écologique Albert Schweizer (CEAS) très engagé dans la coopération Sud-Sud. On aura alors imprimé un cercle vertueux et durable…

Vide-grenier à Bienne, 21 et 22.03.15

Dictionnaire_universel_de_la_langue_francaise_1819_tome_2-2

(Raretés et babioles sont à vendre lors du vide-grenier)

Mon père, Frédéric Marthaler, est décédé brutalement, le 7 novembre 2014. Depuis maintenant plus de quatre mois, la famille se mobilise pour faire face à la situation laissée par un vieil homme atteint du syndrome de Diogène et qui possédait deux maisons (!), l’une à Bienne (BE), l’autre en Espagne (région de Tarragone). Quatre mois à trier les objets de valeur ou susceptibles d’avoir une secondes vie de ceux qui devaient être considérés comme des déchets. Sur 230 annonces publiées sur Internet, plusieurs dizaines d’objets de valeurs diverses ont déjà fait des heureux. Mais l’étape décisive sera le vide-grenier organisé à Bienne, samedi 21 et dimanche 22 mars 2015. Selon la formule consacrée, tout doit disparaître!… Plus d’informations sur www.MarthalerBienne.ch.

Anti-réparation: les responsables devraient aller en prison!

Fust_Primotecq_KMM_5009

(Moulin à café Fust Primotecq KMM 5009, ouvert de force, avec sa carte électronique défectueuse)

Je viens de passer une semaine dans la maison que feu mon père possédait en Espagne. L’ambiance était déjà assez lourde, quand elle a été plombée par le fait que le petit moulin à café électrique Fust Primotecq KMM 5009 a soudainement refusé de moudre ne serait-ce qu’un grain de café et m’a privé de ma dose minimale de caféine! En tant que fondateur, il y a 35 ans, de l’atelier de réparation La Bonne Combine, je n’ai pu m’empêcher de tenter de remédier à la panne… Lire la suite

Une vieille idée qui se concrétise

site_web_Gland

(site web Typo3 de la Ville de Gland dont la structure sera mutualisée avec la Ville de Prilly)

Politicien, je me suis toujours demandé comment il se faisait que des collectivités publiques ayant des besoins similaires – voire identiques – réinventent la roue à grand frais au lieu de partager une solution existante et de l’améliorer ensemble. Dans le domaine informatique, une telle mutualisation suppose le recours à des logiciels libres dont la redistribution n’est pas interdite pas des brevets logiciels. Quinze ans plus tard, je suis très heureux d’avoir réussi à convaincre les municipalités de Gland et de Prilly de partager et développer en commun leur site web sur la base de www.gland.ch réalisé avec le logiciel libre Typo3. Un projet novateur dont 24 Heures s’est fait l’écho dans son édition du 12 février 2015. Lire la suite

« Demain, la décroissance? » Interview de Babylone sur Espace2

science-espace-20090415144210-362-gallery

(RTS, Espace2, Nancy Ypsilantis, émission Babylone)

À 20 ans, j’ai lu le rapport du Club de Rome, Nicholas Georgescu-Roegen (« Demain, la décroissance ») et adoré « Small is beautifull » de Ernst Friedrich Schumacher, avant de fonder l’atelier de réparation La Bonne Combine pour lutter contre le gaspillage contemporain. Alors, je suis très reconnaissant à l’émission Babylone du 26 janvier 2015 et à Sarah Dirren de m’avoir donné l’occasion de renouveler ma lecture de ces écrits « fondateurs », 35 ans plus tard. En réécoutant l’émission, je m’aperçois que je ne suis résolument pas un « catastrophiste » annonçant la fin du monde capitaliste, mais un « activiste » qui cherche à proposer des alternatives immédiatement praticables, sans attendre le « Grand Soir ». Comme les ordinateurs durables why! sous GNU/Linux…

J’ai reçu mon Fairphone!

Fairphone

Mon Fairphone, un chargeur micro-USB de récup’ et mon why! pour lire les tutoriels…

En quittant le Conseil d’Etat à fin juin 2012, le Département des infrastructures m’a offert un iPad (encore merci!). Comme j’ai dû rendre le Blackberry de fonction, je me suis assez naturellement acheté un iPhone 4S, sans savoir que j’allais bientôt lancer les ordinateurs durables why! sous GNU/Linux… Apple cherchant à rendre la vie impossible à ceux de leurs clients qui passent à Linux, la récupération de mes données depuis l’iPhone n’est plus possible avec la dernière version de iOS. Comme le Fairphone correspond parfaitement à la philosophie de why!, j’en ai commandé un. Ne reste plus qu’à récupérer contacts, photos, musique pour les réinstaller sur mon nouveau smartphone Android… Lire la suite

Principe « pollueur-payeur »: premiers effets concrets

bac_recyclage_plastiques_Coop

(Photo prise à la Coop de Prilly Centre en septembre 2014)

Après plus de 20 ans de résistance farouche, le canton de Vaud a fini par appliquer le principe du « pollueur-payeur » en matière d’élimination des déchets. Sans surprise, le volume des déchets incinérables a fondu de 30-50% et le tri sélectif a rapidement atteint ce que l’on constatait depuis des années dans les cantons – surtout alémaniques – qui appliquaient la loi (art. 32a de la Loi sur la protection de l’environnement). Excellente nouvelle du point de vue écologique, comme pour le porte-monnaie des contribuables, puisque le recyclage coûte nettement moins cher que l’incinération. Et voilà que les géants de la distribution, à l’instar de la Coop, contribuent à améliorer le bilan écologique et économique de la gestion des déchets!… Lire la suite

Les logiciels libres ont le vent en poupe

 

motivation_OSS_08.14

(source: linux.developpez.com/actu/74309/Pour-quelles-raisons-les-entreprises-devraient-elles-opter-pour-des-solutions-libres/)

Les sondages se succèdent et se ressemblent. Cependant, la puissance des multinationales – principalement états-uniennes – est telle que les vaches se laissent traire sans trop beugler… En regardant passer des trains dont l’horaire aléatoire ne les arrange guère…

 

Coopération au développement durable, open hardware et crowdfunding

Bike-290x290

(source: http://www.open-electronics.org)

La folie des hommes telle qu’elle s’exprime ces derniers mois en Ukraine, en Syrie, en Irak, dans la bande de Gaza, au Nigeria… me fait douter quant à l’avenir de l’Humanité. Pourtant, comme le dit la morale populaire, l’Homme est capable du pire comme du meilleur! Alors, je tente d’oublier l’actualité sordide pour m’intéresser à cette lame de fond de l’open hardware qui fait remonter à la surface des notions élémentaires comme:

  • ne pas réinventer la roue;
  • partager les savoirs et les expériences;
  • utiliser les plate-formes collaboratives pour créer une intelligence commune;
  • s’affranchir du pouvoir des multinationales qui tentent de s’approprier le savoir humain en brevetant tout et n’importe quoi;

Membre du conseil de Fondation du Centre écologique Albert Schweizer (CEAS), je tente de faire avancer ces idées proprement révolutionnaires. Lire la suite