Bravo, Pierre Maudet!

Participation_scrutins_GE

(Source: http://www.ge.ch/votations/20160228/cantonal/participation/)

Pour être acceptable, un système de e-voting doit être open source, autrement dit démocratiquement auditable. C’est ce que je rappelais dans l’émission Forum de la RTS et sur mon blog le 24 juillet 2013. J’ai donc été ravi d’apprendre, hier, que le Conseil d’Etat genevois vient d’annoncer par la voix de Pierre Maudet que le logiciel de vote électronique genevois sera open source (voir présentation pdf, 243 Ko). Bravo! Voilà qui pourrait bien débloquer la situation dans le canton de Vaud où le Grand Conseil a décrété un moratoire sur le vote électronique…

 

SOS Tactil: un réseau de réparateurs à la pointe

SOS_Tactil

(Source: SOS Tactil, La Boîte à Outils du Technicien en Electronique)

En conclusion de son article dans 24 Heures du 17.03.2016 consacré à la lutte contre l’obsolescence programmée, Alain Détraz écrivait: « Si les initiatives se développent, reste peut-être encore à les fédérer ». Son vœu a déjà été partiellement exaucé, puisque le jeune entrepreneur interviewé, Marc Schaefges, à qui le journaliste avait donné mon numéro de téléphone m’a appelé le jour-même. Dans la foulée de notre longue conversation, il m’a mis en contact avec Francis Delafoy, fondateur de SOS Tactil Academy, un centre de formation et de recherche, ainsi qu’un réseau de réparateurs dans le domaine des produits électroniques en France. Indirectement, nous nous connaissions déjà, puisque Marc Schaefges me signalait que c’est Francis Delafoy qui avait indiqué aux journalistes de l’émission Envoyé Spécial l’existence de La Bonne Combine en Suisse pour son documentaire du 31.12.2011 sur les arnaques pour la vente et le SAV d’électroménager. Le reportage est vieux, mais, malheureusement, toujours d’actualité…

SOS Tactil et le projet de Bonne Combine 2.0 partagent explicitement l’objectif de lutter contre l’obsolescence programmée et je suis persuadé que des synergies vont se développer rapidement. Par exemple, en créant pour le futur réseau d’ateliers de réparation Bonne Combine 2.0 en Suisse un centre de compétence pour réparer tout type de cartes électroniques (téléviseurs, appareils électroménagers, voire vélos électriques)…

Open hardware: réparer devient évident!

2016.03.17_24Heures

(Source: www.24heures.ch, article publié le 17.03.2016)

Frappé par les messages d’espoir du film « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent, la rédaction du quotidien 24 Heures a décidé de publier une série d’articles sur la manière dont ces nouveaux modèles se mettent en place chez nous. C’est le journaliste, Alain Détraz, qui a appris au jeune entrepreneur, Marc Schaefges, l’existence de mon projet de Bonne Combine 2.0. Et c’est son article qui m’a permis de découvrir le projet de réseau de réparateurs français SOS Tactil. Des contacts ont déjà eu lieu entre nous et je suis sûr qu’il devrait en résulter une accélération mutuelle de nos projets respectifs… Merci à Alain Détraz pour son rôle de passeur!

Voir le fac-similé du journal (pdf, 984 Ko).

Odoo 9 pour gérer des pièces détachées et des réparations?

Je poursuis sur mon blog les réflexions concrètes autour du projet de Bonne Combine 2.0 afin de recueillir les commentaires et propositions des personnes intéressées. S’il me semble évident que le catalogue de produits et de pièces détachées doit être hébergé et développé sur un site comme www.ifixit.com, il faudrait trouver une solution de type progiciel de gestion intégré (ERP) pour gérer un atelier de réparation et une boutique en ligne proposant des pièces détachées neuves, génériques ou d’occasion. Odoo 9 (anciennement OpenERP) figure en tête de liste de ces solutions. Sa version communautaire est libre et gratuite et pourrait donc être réutilisée n’importe où. En revanche, l’outil est très complexe et ceux qui le maîtrise cherchent à vendre de l’infogérance et des contrats de support autour de la version Enterprise qui, elle, n’est pas open source. Lire la suite

Ressourcerie de Malley, une idée à pousser plus loin

IMG_20160120_ressourcerie

(photo prise le 20.01.2016 au Centre Intercommunal de gestion des Déchets à Malley)

Invité à commenter l’événement dans l’émission Intercités de la RTS, ce jeudi 21 janvier 2016, je suis allé, hier, voir à quoi ressemble la « Ressourcerie » mise en place par la Ville de Lausanne au CID de Malley (voir le communiqué de presse du 13.01.2016, pdf 162 Ko). L’initiative doit être saluée. Mais seuls les objets et appareils en bon état y sont recueillis et les habitants ne peuvent pas s’y servir. On devrait aller beaucoup plus loin et permettre aux gens de récupérer des appareils défectueux pour les réparer ou y prélever des pièces pour en réparer d’autres. J’en ai évidemment profité pour présenter aux auditeurs de La Première mon idée de Bonne Combine 2.0. Lire la suite

Désigner une pièce détachée

Eclaté_LL_Ariston

(Source: http://electrodocas.fr)

Vu l’intérêt suscité par mon billet de blog du 31.12.15 sur La Bonne Combine 2.0, j’ai décidé d’utiliser mon blog pour échanger sur les détails concrets du projet… Que ce soit pour produire une facture de réparation (descriptif), pour mettre en vente ou trouver une pièce de rechange neuve ou d’occasion, il faut un moyen univoque (aucune confusion ne doit être possible) pour la désigner. Le plus simple serait de disposer d’une vue éclatée (dessin technique) de la machine avec une numérotation de chaque pièce, comme dans l’exemple (partiel) ci-dessus correspondant à la cuve d’un lave-linge Ariston. Un projet en soi!… Lire la suite

La Bonne Combine 2.0

FRC_La_Bonne_Combine_Christophe_Inaebnit_480x295

(La Bonne Combine, Christophe Inaebnit aux prises avec une perceuse-visseuse; source FRC)

Après 35 ans d’existence, et à l’heure où tout le monde parle de développement durable, l’atelier de réparations en tous genres La Bonne Combine est devenu un navire en perdition, pris entre les icebergs de la camelotisation, des prix discount et d’une réparabilité en chute libre. On serait tenté d’en conclure que la société du prêt-à-jeter a gagné et de déposer le bilan avant qu’il ne reste plus rien de cette belle aventure idéaliste et visiblement trop utopiste…

Pourtant, d’autres signaux semblent montrer que la réparation a le vent en poupe et qu’il est même possible de gagner de l’argent en faisant durer les appareils. C’est en particulier le cas de iFixit aux USA (et maintenant en Europe) qui offre une plate-forme collaborative pour diffuser des milliers de guides de réparation (18’000 à ce jour!), effectuer des tests de réparabilité et produire des vidéos de promotion de la réparation. Tout ceci étant offert gratuitement, ils se financent sur la vente d’outils et de pièces de rechange (y compris d’occasion!) à des prix compétitifs. Au vu de la qualité des infrastructures offertes gratuitement, on peut imaginer que ce business est rentable… Lire la suite

Interdiction de la vente liée ordinateur/OS

Republique_numerique

(Source: projet de loi République numérique)

Promouvoir les nouvelles technologies de l’information et de la communication, lutter contre le fossé numérique, c’est bien. Le faire en favorisant les logiciels libres plutôt que les logiciels privateurs (ou propriétaires), c’est mieux. Ce devrait même être une évidence au pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Mais, s’agissant de clairement interdire la vente liée d’un ordinateur et d’un système d’exploitation (OS), le Gouvernement préfère s’en remettre à la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne, qui est actuellement saisie d’une question préjudicielle posée par la Cour de cassation (Affaire C-310/15) sur ce sujet. On espère que cette décision sera favorable aux logiciels libres et à l’OS GNU/Linux. Elle pourrait même avoir des répercutions en Suisse…

Écologie industrielle: un virage s’amorce

genie.ch

(Source: genie.ch, le réseau de l’écologie industrielle dans le canton de Genève)

Membre du comité de l’association Ecoparc, j’ai découvert, dans notre séance d’hier, la plate-forme genie.ch visant à favoriser l’écologie industrielle dans la région genevoise. Réutilisation des déchets ou des rejets de chaleur des uns par les autres, recyclage des matériaux de construction, organisation d’une mobilité durable à l’échelle d’une zone industrielle, etc. De vieilles idées qui font toujours recette. Tant mieux. Il y a d’autres espaces d’échanges ailleurs autour de ces défis, comme par exemple, en France et au Québec, l’association Palme. Les expériences des uns et des autres pourraient booster le développement de l’écologie industrielle…