Projet d’agglomération Lausanne-Morges: c’est parti!

1ère pierre RC1

Passée un peu inaperçue, l’ouverture du chantier de requalification de la RC1 (la célèbre « route suisse ») le 10 septembre 2010 était pourtant un moment charnière dans la mise en oeuvre du projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM). L’important chantier de réaménagement de cette route qui a perdu sa vocation de route nationale en 1964 avec l’ouverture de l’autoroute A1 peut être vu comme un emblème du PALM, puisqu’il s’agit du principal projet commun entre les deux centres de Lausanne et de Morges. Il concentre aussi tous les principes fondateurs du PALM, liant les projets de transports et de développement territorial. (voir le communiqué de presse du 10.09.10)

Les travaux de réaménagement peuvent se résumer comme suit:

  • réduction de la voirie dédiée au trafic individuel motorisé au profit des transports publics et des mobilités douces (cyclistes et piétons);
  • réalisation de ronds-points et limitation de la vitesse à 60 km/h dans le but de sécuriser le trafic et de réduire les nuisances (bruit, pollution);
  • grand soin accordé aux aménagements paysagers.

L’impulsion du projet vient principalement du formidable dynamisme de développement de l’EPFL, avec son Learning Center, son « quartier de l’innovation », ses logements étudiants et son Starling Hôtel. Ainsi, les infrastructures de transport et le développement territorial s’appuient mutuellement et se coordonnent parfaitement. Voilà la nouveauté! Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir que le déménagement de l’EPFL et de l’UNIL au bord du lac au début des années 70 ne prévoyait rien en ce qui concerne les transports!

Les aménagements sur ce premier tronçon de 1 km vont coûter environ 10 millions de francs. Ils devraient être suivis de travaux de même ampleur devant l’UNIL, puis, de l’autre côté, jusqu’à la Venoge et à Morges. A l’autre extrémité, dans le district de Nyon, des aménagements similaires sont sur le point de démarrer dans le cadre du projet d’agglomération franco-valdo-genevois (PAFVG). Au final, l’ancienne route nationale sera transformée en artère irrigant un espace de grande qualité qui se densifie rapidement, avec l’objectif de restituer ces espaces aux habitants de ces territoires de grande valeur paysagère et aux différents modes de transport. Voir présentation lors de la conférence de presse du 10.09.10.

D’autres routes principales devraient conn tre de telles requalifications, là où les réseaux ont été délestés par la construction d’autoroutes: notamment RC 601 (route de Berne) et RC 401 (entre Yverdon-les-Bains et Vaumarcus). Au fond, je n’ai qu’un seul regret: que l’on n’ait pas prévu de tels réaménagements en même temps que les crédits de construction des autoroutes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *