Dernières nouvelles du peak oil

World-Supply-Demand_July-2015

(Source: Art Berman cité par Jean Laherrère dans Tentatives d’explication du prix du pétrole et du gaz – Club de Nice).

Depuis des années sur ce blog, j’ai relayé les informations fournies par l’ASPO (Association for the Study of Peak Oil). Mais, depuis quelques mois, le site http://www.peakoil.net/ ne fonctionne plus et les cours du pétrole s’effondrent, en contradiction avec le modèle d’épuisement de la ressource élaboré par l’ASPO. Et les liens publiés vers ce site sont « corrompus »… Heureusement, l’ASPO reste active aux USA, en France ou encore en Suisse.

Comme le montre le graphe ci-dessus, la chute des cours du pétrole s’explique aisément par une offre (96,7 millions de barils par jour) qui excède sensiblement la demande (93,9 millions de barils par jour). J’ignore comment se calcule l’offre, mais si elle comprend les « invendus  » (augmentation de stock) de la période précédente, il faut s’attendre à un retournement spectaculaire de tendance, dès que la demande excédera l’offre, ce qui ne saurait tarder d’arriver…

3 réflexions au sujet de « Dernières nouvelles du peak oil »

  1. Le peak oil se manifeste de toute manière par le fait qu’un baril extrait nécessite de plus en plus d’énergie pour être extrait, jusqu’au moment où ce sera clairement dissuasif. Mais il est à mon sens très difficile de spéculer sur le prix futur du pétrole, non seulement à cause de ce que tu mets ici en évidence, mais aussi parce qu’à partir d’un certain prix (apparemment aux environs de 120 £ le baril), il devient avantageux de passer à d’autres types d’énergies ou à des substituts du pétrole (par exemple faire de l’essence à partir de charbons) et que cela peut faire chuter la demande de pétrole…. En comme, en plus, les substitutions se font parfois par des investissements qui impliqueront une modification du type d’énergie consommée sur de longues périodes…
    Bref…. compliqué ! 😉

  2. Cher Daniel,

    Je partage tes questionnements et remarques. Il est plus que jamais étonnant que cette question de l’évolution des prix du pétrole en phase d’épuisement de la ressource ne soit pas étudié par les économistes, alors que cette variables est essentielle pour les équilibres et dynamiques économiques à l’échelle planétaire!…

    C’est pourtant bien la question du prix et du volume qui sera déterminant pour l’avènement d’une économie « décarbonée » (inévitable). Bien plus que l’éveil des consciences écologiques…

    Cordialement.

  3. La description de Daniel Schöni des effets de palier et des substitutions progressives est fascinante. Le modèle n’est donc pas linéaire. Très instructif, on le ressentait mais on le disait pas aussi clairement. Un schéma représentant ces effets de substitution avec des exemples (ici tel agent entre en scène, puis tel autre) serait éclairant pour marquer le propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *