Open hardware: réparer devient évident!

2016.03.17_24Heures

(Source: www.24heures.ch, article publié le 17.03.2016)

Frappé par les messages d’espoir du film « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent, la rédaction du quotidien 24 Heures a décidé de publier une série d’articles sur la manière dont ces nouveaux modèles se mettent en place chez nous. C’est le journaliste, Alain Détraz, qui a appris au jeune entrepreneur, Marc Schaefges, l’existence de mon projet de Bonne Combine 2.0. Et c’est son article qui m’a permis de découvrir le projet de réseau de réparateurs français SOS Tactil. Des contacts ont déjà eu lieu entre nous et je suis sûr qu’il devrait en résulter une accélération mutuelle de nos projets respectifs… Merci à Alain Détraz pour son rôle de passeur!

Voir le fac-similé du journal (pdf, 984 Ko).

4 réflexions au sujet de « Open hardware: réparer devient évident! »

  1. Et nous avons du travail!

    Je viens de découvrir que les pompes de nos installations de chauffage Grundfos, ne sont pas réparées, mais simplement jetées. Nous parlons d’équipements qui dépassent les 1000F… Dans notre Coopérative d’habitations, sur 20 pompes, 8 sont tombées en panne en moins de 2 ans… Encore sous garantie, elles sont remplacées gratuitement, mais ensuite ???
    Si vous trouvez des fabriquants de pompes « Open-hardware » pour notre installation de chauffage, il n’y aura pas photo, j’adhère!

    Pour mon téléphone portable, j’ai enfin reçu mon Fairphone 2, facilement démontable. J’espère que les pièces suivront, pour le conserver durable.

  2. Pour ma part, je doute que ces pompes soient encore protégées par des brevets. En effet, les lois de la physique n’ont pas changé depuis plus d’un siècle et ces turbines ont atteint une rendement maximal depuis belle lurette (plus que la durée des brevets!). En revanche, grâce aux Anglais du XIXe siècle, les diamètres et filetages d’entrée et sortie sont normalisés, en sorte que n’importe quel industriel peut fabriquer une telle pompe et la concevoir de telle sorte qu’elle soit plus aisément réparable…

    J’en profite pour signaler qu’une étude faite il y a 20 ans avait montré que les marges prise par les ingénieurs et les installateurs conduisaient à ce que les pompes étaient en moyenne trois fois plus puissantes que nécessaire, ce qui représente un gaspillage d’énergie d’autant plus important que ces machins tournent 24 heures sur 24! A vérifier en demandant un petit audit, par exemple, à mon ami et ancien voisin Olivier Zahn (http://www.zahn-ingenieurs.ch/). Il pourrait aussi dire si un autre marque serait plus fiable et/ou facilement réparable…

Répondre à Pascal Kotté Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *