Décroissance programmée?

(Source: http://visual.ly/elements-according-relative-abundance)

Mon excellent ami Laurent Zahn, avec qui j’ai créé l’atelier de réparations en tout genre La Bonne Combine en 1980 et fondateur de l’école de pilotage d’aile delta DeltaLab, m’a récemment adressé ce lien vers un article intitulé: « Il est trop tard pour le développement durable, il faut se préparer aux chocs et construire dans l’urgence des petits systèmes résilients. » Mises bout à bout, toutes ces évidences devraient nous conduire à ne plus rien tenter pour éviter l’inévitable et à nous préparer à l’effondrement de la société de consommation qui n’existe que grâce aux gaspillages.Depuis 35 ans, Laurent Zahn et moi partageons le même diagnostic et les mêmes valeurs, mais pas nécessairement les options concrètes pour tenter de modifier (ou non) le cours des choses…
Pour ma part, je crois toujours à la possibilité de redresser la barre sans attendre l’effondrement du système ou la révolution des consciences. Je pense au contraire que les stratégies de la durabilité devraient permettre de donner un coup de frein sur le gaspillage avant de percuter le mur des limites physiques des ressources non-renouvelables:

  • éco-conception des produits (solides, réparables, modulaires, recyclables);
  • réparation de tout ce qui peut l’être, y compris à l’aide de pièces détachées de récupération;
  • mise à niveau technologique d’objets, y compris lorsqu’ils sont conçus pour être rapidement obsolètes;
  • réutilisation ou détournement d’objets manufacturés à d’autres fins (comme l’exemple de ce fabricant allemand de meubles design construits à partir de sièges d’avion dont la durée de vie excède largement celle des jets pour lesquels ils ont été conçus);

Mais, quelle que soit la stratégie choisie, le chemin sera long et parsemé d’embûches!

J’arrête ici pour m’occuper de mes petits-enfants (1 et 3 ans). Leur espérance de vie pourrait les amener à voir le 22e siècle. A cet horizon, ces questions philosophiques auront été tranchées dans les faits…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *