Économie collaborative: le cas des batteries du Fairphone 1

(Source: https://forum.fairphone.com/t/gb-de-generic-battery-to-replace-fp1-battery-shorter-1-800mah/30590/29)

Lancé en 2013, le smartphone « éthique » Fairphone 1 n’est déjà plus réparable. Il n’est même plus possible de se procurer l’accumulateur Li-ion, qui est pourtant le composant qui présente la durée de vie la plus faible (24-36 mois) pour ce type d’appareil. Mais c’était sans compter avec les réseaux sociaux et l’économie collaborative… Des solutions fleurissent de partout pour contrer les dérives du prêt-à-jeter. En me rendant, aujourd’hui, chez itopie à Genève, qui a décidé de proposer les ordinateurs durables why! sous GNU/Linux et qui revend les Fairphone que lui livre why! open computing, j’ai découvert qu’ils avaient une solution à proposer aux consommateurs qui souhaitent simplement faire durer leur Fairphone 1 en remplaçant la batterie par une batterie Huawei adaptable…

En creusant un peu, j’ai découvert que l’esprit du DIY (do it yourself) soufflait sur l’Europe et que d’autres individus et petites entreprises s’étaient emparés du sujet. Avec toutes sortes de propositions, parfois farfelues, comme celle de Siribillo pour ajouter un senseur de température sur une batterie Samsung pour pouvoir insérer cette smart battery dans un Fairphone 1.

De retour de ma visite chez itopie, j’ai consacré quelques heures à creuser un peu le sujet et à documenter mes découvertes sur le forum de www.swisslinux.org consacré au Fairphone.

J’ai rapidement trouvé que la solution proposée par itopie avait déjà été publiée en juillet 2017 sur le forum de Fairphone. Malheureusement, la batterie « adaptable » Huawei de 1800 mAh (voir image du titre) n’est déjà plus livrable.

Finalement, je suis allé au bout de la file de discussion sur le forum de Fairphone pour trouver ce post de Alain du 23.11.2017 qui annonce commercialiser en Suisse (et en Europe) une batterie de remplacement pour le Fairphone 1 au prix de lancement  de CHF 30.- sur son site Dr.Akk.

Bon, cela m’a tout l’air d’être une batterie générique Huawei de 1800 mAh avec un dispositif de calage (pour compenser la différence de taille) et un autocollant pour camoufler le tout. Chapeau! Il s’est vendu environ 10’000 Fairphone 1 en Suisse. Si 10% de ces clients, motivés par l’esprit de durabilité, lui commandent une batterie, cela représente 1’000 batteries. S’il les achète en Chine à CHF 10.-, cela représente potentiellement une marge de CHF 20’000.- pour avoir creusé un peu le sujet… C’est cool! Même si, au final, il n’aura gagné que CHF 5’000.- avec son idée! Cela montre que l’économie collaborative peut générer de la valeur ajoutée (=PIB) tout en réduisant notre empreinte environnementale globale.

Le problème, c’est que cette économie collaborative ressemble fort au modèle de la concurrence parfaite théorisée par les économistes néoclassiques de la fin du XIXe siècle. D’autres, comme itopie et La Bonne Combine vont proposer des solutions semblables à des prix peut-être plus avantageux et les consommateurs les plus avertis vont réaliser l’adaptation par eux-mêmes en la documentant gratuitement, par exemple, sur www.ifixit.com.

Mais la conclusion est un peu plus amère: pourquoi les fondateurs de Fairphone – cette si belle idée – n’ont-ils pas cherché une solution pour le remplacement des batteries de leur premier modèle, alors qu’il s’agit du composant d’un smartphone dont la durée de vie est la plus faible et qu’ils étaient bien plus compétents que leurs clients sur ce sujet? Je crains qu’ils ne se soient tiré une balle dans le pied en concentrant tous leurs efforts sur le développement du Fairphone 2, 3, 4…

Je laisse le soin à  itopie et La Bonne Combine de trouver la manière de répondre à la demande des consommateurs les plus responsables…

Mais je continue à croire à l’idée du Fairphone et why! open computing va continuer à le vendre. Avec un petit plus au niveau du SAV…


2 réflexions au sujet de « Économie collaborative: le cas des batteries du Fairphone 1 »

  1. Bonjour,

    Merci pour le lien. Je connaissais Purism pour leurs ordinateurs portables et je ne savais pas qu’il voulaient faire un smartphone sur le même modèle. On a voulu vendre leurs ordinateurs portables, mais ils ne sont pas conçus pour être réparables: il faut enlever la carte-mère pour remplacer le clavier, ce qui prend environ 45 minutes! La même opération sur un portable why! prend entre 2 et 5 minutes.

    Pour l’instant, il ne s’agit que d’un crowdfunding et les smartphones ne seront pas disponibles avant février 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *