De l’homosexualité en politique

Un phénomène étrange s’est produit lors de la publication des photos de M. Philippot (FN) main dans celle de son compagnon: la presse, les politiciens et l' »intelligentsia » française ont unanimement dénoncé un outing odieux alors que la presse gay et les responsables d’associations LGBT ne voyaient pas le problème de ces photoscloser-philippot-inside_0-530x339.

Comment comprendre cette différence? En fait, il ressort deux visions différentes de l’homosexualité. La première, portée par ceux qui ont eu une réaction négative (hétérosexuels dans l’immense majorité), considère l’orientation sexuelle comme relevant strictement de la sphère privée et ne devant être révélée qu’avec l’autorisation expresse de la personne concernée.

La seconde, portée par milieux gays, affirme que traiter médiatiquement l’homosexualité d’une personne d’une façon différente que son hétérosexualité, c’est la conserver dans le non-dit, dans l’honteux.

Et en effet, si M. Philippot avait été pris en photo au bras de sa compagne, ça aurait généré au mieux des haussements d’épaule et personne n’aurait crié au outing hétérosexuel. L’attitude de l' »intelligentsia » montre donc bien une attitude paternaliste, voire condescendante envers l’homosexualité.

Or l’égalité des droits va dans les deux sens, on ne peut pas la réclamer seulement à son profit et la refuser à son déficit. Autrement dit, la limite de la sphère privée doit être fixée exactement au même endroit quel que soit l’orientation de la personne concernée.

Et quand la publication d’une photo d’un homme politique au bras de son compagnon ne suscitera au mieux que des haussements d’épaule, ce sera le signe que nous aurons fait un grand pas dans l’acceptation des différentes orientations sexuelles.

7 réflexions au sujet de « De l’homosexualité en politique »

  1. Je fais parti de cette « intelligentsia hétérosexuel ». J’ai d’abord haussé les épaules en apprenant cette affaire. Et puis je me suis dit que, dans la mesure où l’homosexualité est encore, malheureusement, svt reprouvée par une grande partie de la société, je peux comprendre que certains jugent problématique cette « outing ». Après du coup on tourne sur le serpent que se mord la queue.

    Cela étant je trouve d’une manière générale que révélée la vie privée d’une femme ou d’un homme politique n’est pas sain, sauf dans le cas où cette vie privée peut mener à du conflit d’intérêt

  2. Merci Martial de ton analyse et de cet éclairage politique.
    Alors pour les affiliations… Je ne fais partie d’aucune intelligentsia, et encore moins hétéro 😉
    Pour ma part, je ne sais toujours pas quoi penser de cette affaire malgré tout. Même si dans ce cas particulier, ça m’a plutôt fait sourire, en général, je trouve l’outing odieux.
    Je comprends bien les perspectives militante et politique. Effectivement, dans un monde idéal, les différentes orientations et ne devraient plus faire l’objet d’aucune discrimination. Qu’un(e) député(e) soit surpris au bras d’un homme ou d’une femme ne devrait susciter aucune différence de traitement.
    Mais nous n’en sommes pas encore là. L’homosexualité n’est pas encore globalement acceptée et derrière chaque personnalité politique, il y a d’abord un être humain en proie à ses propres luttes.
    S’accepter homo en ayant grandi dans une société traditionnellement homophobe suppose un cheminement personnel vers l’acceptation que nous ne faisons pas tous au même rythme. On intériorise très tôt l’homophobie ambiante. Dépasser la dissonance et réconcilier ce qu’on est avec ce qu’on croit devoir être peut prendre beaucoup de temps. Je ne suis pas sûr que brusquer les choses rende vraiment service à l’individu qui n’est manifestement pas encore parvenu à accepter cette facette de son identité.
    Je ne sais pas où en est Philippot dans son histoire, si ça se trouve, dans ce cas précis, je raconte n’importe quoi. Je ne connais pas le bonhomme (et ne tiens pas à le connaître), il est peut-être très au clair avec son orientation et l’aurait cachée à des fins tactiques. Auquel cas, il ne l’a pas volée. Un homo qui milite dans un parti homophobe a sans doute quelques questions à se poser. Mais si ça se trouve, c’est plus compliqué que ça.
    Bref, my 2 cents… Je ne suis pas plus avancé qu’au début de ma tirade 😉
    Allez… Bonne année ! À bientôt 🙂

    • C’est vrai, mais en même temps, quand tu étais au fond du placard, tu ne te baladais pas la main dans la main d’un autre mec. Il y a une certaine hypocrisie à faire partie d’un parti qui va à l’encontre des avancées de l’acceptation des gays et de profiter soi-même de ces avancées tout en se cachant derrière une protection spéciale de la vie privée homosexuelle.

  3. Je ne suis pas d’accord avec l’analyse!

    Généralement, ce genre de presse ne fait pas un simple article sur les vacances de quelqu’un, surtout quand il s’agit d’un politicien de second plan. il y a toujours au moins une raison supplémentaire qui provoque l’article:

    – Le nouvel amant de Ségolène Royal
    – La solitude de Hollande
    – Carla « elle est belle ma femme » Bruni-Sarkozy au brunch
    – Chirac à poil à Brégençon
    – Tel politicien de gauche en première classe

    Bre

  4. Fausse manip: je continue.

    Bref, disais-je, il y a toujours quelque chose un brin scandaleux à se mettre sous la dent.

    Ici? Le « scandale » qui provoque l’article, c’est précisément que Philippot est homo… Si il avait été hétéro, l’article n’aurait simplement pas existé: il s’agit de vacances à Vienne après un congrès politique. En cela, l’article est bel est bien discriminatoire dans le sens où il estime que l’outing est un élément suffisamment croustillant pour justifier un article banal sur un couple en vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *