Chemin de fer Aigle-Leysin – Aiguillage politique en vue

C’est ce qu’annonçait un article de 24Heures daté du… 12 décembre 1979, soit il a près de 34 ans. Comme quoi le sujet du déplacement du tronçon citadin de la ligne Aigle-Leysin sur la ligne Aigle-Sépey-Diablerets constitue un sujet récurrent. Et l’idée datait de 1969 déjà, comme le révèle l’article en question :

Aiguillage politique en vue ?

Aiguillage politique en vue ?

Chemin de fer Aigle-Leysin. Aiguillage politique en vue.

« Une idée vieille de 10 ans, celle de l’ancien syndic M. Reitzel, sera abordée demain à 20h.15 en séance publique à la salle du Tribunal d’Aigle. Il s’agit de la disparition de l’avenue de la Gare, des voies du chemin de fer Aigle-Leysin.

Il semble que M. Alfred Pirolet, syndic, attende avec impatience l’opinion que pourrait lui révéler la population aiglonne à cette occasion. Seul dans sa tour d’ivoire, il étudie son dossier, refusant d’en livrer quelques bribes à la presse. Il sera le seul orateur à s’exprimer au cours de cette soirée puisque M. René Perréaz, directeur des Transports publics du Chablais, n’a été invité qu’en tant qu’auditeur.

Si l’on en croit certaines sources, le principal projet consisterait à faire utiliser par l’Aigle-Leysin les voies de l’Aigle-Sépey-Diablerets. Différentes variantes, allant de 400 000 francs à 2,5 millions, sont envisagées. Ces différences de prix sont sans doute directement liées à la proportion de voies situées au niveau du sol, comme au nombre de terrains à acheter. Des contacts avec les propriétaires riverains ont d’ailleurs déjà été pris. L’avenir des « petits trains », principalement tributaires du sort qui leur sera réservé par le rapport définitif sur la conception globale des transports, doit également être un élément important du dossier du syndic.

La bonne voie est-elle en vue ? Les aiguillages seront-ils passés au moment opportun ? Autant de questions qui trouveront peut-être leur réponse demain soir. »

Comme chacun le sait, les aiguillages n’ont pas été tournés à temps et le projet n’a pas terminé sa course sur la bonne voie. Pour cette raison, il refait surface. Espérons que les Aiglons ouvriront cette fois les yeux et renonceront à maintenir deux lignes de chemins de fer parallèles en pleine ville. Si le projet était déjà envisagé il y a près d’un demi-siècle, c’est qu’il était déjà réalisable. Or depuis la technique ferroviaire a fait d’énormes progrès et permet facilement de gérer le trafic de deux lignes sur un tronçon commun. Les mentalités ont-elles fait autant de progrès ? Le choix de la bonne voie par les urnes ne sera dans tous les cas pas banal.

En rouge le tronçons AL à supprimer, en bleu le tronçon commun ASD existant, en orange le raccordement AL-ASD.

En rouge le tronçon AL à supprimer, en bleu le tronçon ASD existant qui deviendrait commun en ville, en orange le raccordement AL-ASD.