Villars-sur-Ollon dérape

Cinq ans après la première édition du Villars Easy Riders, l’Office du Tourisme de Villars remet les gaz, avec une toute nouvelle manifestation intitulée Drift n’Fun Touge Villars qui aura lieu sur la route du Col de la Croix. Cette route sera fermée durant le premier week-end de septembre.

L’OT de Villars dérape…

« L’objectif du pilote de Drift est de contrôler sa voiture dans de longues et spectaculaires périodes de glisses l’espace de plusieurs virages combinés » nous renseigne le site internet de l’OT de Villars. Des voitures allant de 300 à 800 cv vont donc se relayer durant tout le week-end dans cette superbe nature du Col-de-la-Croix. Une prestation parfaitement en phase avec les déclarations de Sergei Aschwanden, directeur de station à Villars-sur-Ollon, directeur de l’Association touristique de la Porte des Alpes et député PLR au Grand Conseil vaudois : « Mes principaux engagements politiques sont axés sur le sport, le tourisme, l’économie, la migration. Aujourd’hui député au Grand Conseil vaudois, je souhaite m’engager à long terme afin de contribuer à mettre en place un développement durable dans ces domaines importants pour notre région, pour notre pays. »

Question développement durable, on peut faire mieux, d’autant que la région du Col-de-la-Croix est répertoriée dans quatre inventaires fédéraux au moins:

  1. Réseau Ecologique National REN, Zones forestières
  2. Inventaire fédéral des bas-marais d’importance nationale (OFEV)
  3. Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels (OFEV)
  4. Inventaire fédéral des prairies et pâturages secs d’importance nationale (OFEV)

Le Col-de-la-Croix est une zone sensible

Pour de plus amples détails, on consultera avec intérêt le site geo.admin de la Confédération (https://s.geo.admin.ch/7cb7dc5241). L’onglet Géocatologue permet de sélectionner différents thèmes dans les rubriques Protection de l’environnement et Protection de la nature.

Présenté comme la « toute 1ère compétition de Drift en montagne de Suisse Romande », cet événement nous vient directement de France comme en témoignent plusieurs sites internet. Et il s’agit en réalité du « ROUND 4 CHAMPIONNAT DE FRANCE DRIFT », auquel participeront quelques pilotes suisses.

Ca dérape aussi en France…

Alors pourquoi cette quatrième manche du championnat de France a-t-elle dérivé jusqu’à la porte des Alpes vaudoises ?

Tout simplement parce que la municipalité de Vaulnaveys-le-Haut en Isère (F) s’est prononcée à la quasi-unanimité de ses membres contre cette course et en a fait part à l’association en charge de cette manifestation en novembre 2016 déjà. Le site www.drift-cfd.com annonce pour sa part: « Samedi soir [4 août 2018 ?], la mairie de Vaulnaveys le Haut a officiellement exprimé l’interdiction d’utiliser son territoire pour l’épreuve de drift (une partie de la zone drift est sur cette commune ainsi que des parking). […] Les élus écologistes ont gagné, il n’y aura plus de drift à Chamrousse. […] Malgré cette grosse déception pour tout le monde, nous avons le plaisir de vous annoncer que la course de Chamrousse est déplacée à Villars en Suisse. » L’enfumage est de rigueur chez les drifteurs


On reste en montagne, mais on change de station !

La Commune d’Ollon, bien dotée en élus écologistes (une députée au Grand Conseil vaudois, un municipal et neuf conseillers communaux) semble très en retard sur la France ! Comment un telle manifestation a-t-elle pu être organisée et qui a donné les autorisations ?

Le Col-de-la-Croix pris en otage pour 34 coureurs… qui n’ont rien de Romand !

Félicitations au Maire et aux élus de Vaulnaveys-le-Haut, ils nous ouvrent la route vers un monde sans dérives… bien que la Course de Côte de Chamrousse soit toujours d’actualité !

 

 

 

 

 

Avançons ! est endigué !

Les résultats du second tour à l’élection complémentaire à la Municipalité de Bex mettent fin à la campagne: le socialiste Alberto Cherubini remporte la palme, avec 242 voix d’avance sur la candidate du parti Avançons !, Odette Dupont Bonvin. 912 suffrages pour le premier, 670 pour la seconde: le verdict est sans appel. Le tour de force de 2016 (Les forces s’allient pour contrer le PS au 2e tour – 24Heures 01.03.2016) ne s’est heureusement  pas répété.

Après une campagne bien assaisonnée, le PS conserve son siège

Résultats:

Parti Candidat Voix %
PS Alberto CHERUBINI 912 56.97%
Avançons Odette DUPONT BONVIN 670 41.85%
Blancs 13 0.81%
Divers 6 0.37%
Total 1601 100.00%

Source : https://www.bex.ch/data/dataimages/Upload/PV-election-complementaire-29-juillet.pdf (participation de 31.21 % contre 32.16 % au premier tour)

L’appel du parti du municipal agrarien Pierre-Yves Rapaz, demandant à ses électeurs « de voter pour une candidature féminine de droite » (24Heures du 11.06.2018), n’aura finalement pas permis de placer une femme de droite à l’exécutif. Peut-on cependant espérer une légère évolution des mentalités au sein de l’UDC depuis le 24 novembre 2013 ?

Il n’y a pas si longtemps, l’UDC avait d’autres plans pour les femmes…

Au final, pas de changement dans la répartition des sièges au sein de la Municipalité. La campagne très visible de la candidate PLR Sandrine Mösching-Hubert,

Sandrine Mösching-Hubert a beaucoup turbiné, mais le PLR n’a pas été une force motrice suffisante pour Avançons !

et son soutien à sa rivale Odette Dupont Bonvin n’auront pas été suffisants pour placer une seconde femme à l’exécutif.

La candidate d’Avançons ! ne stationnera pas à la Municipalité pour l’instant.

Comme le titrait le Journal du Chablais du 5 juin 1999 – il y a 19 ans déjà – « Les socialistes conservent leur siège ». L’histoire se répète: élection complémentaire à la Municipalité de Bex en 1999… suite à la démission du municipal PS Alberto Cherubini, avec deux candidats: un homme, Pierre Dubois (PS), et une femme, Catherine Coquoz (PLR). Résultats: Pierre Dubois est élu avec 646 voix, contre 595 à sa rivale.

Pierre Dubois, décédé le 19 juillet 2018 a siégé durant 19 ans à la Municipalité

Petit clin d’œil pour terminer avec l’édition du vendredi 6 janvier 1978 du Journal de Bex consacré à l’introduction du système majoritaire à Bex, qui « a eu pour effet de porter le parti socialiste (qui n’avait rien demandé) au pouvoir avec une confortable majorité. » !

De quoi réjouir Aimé Desarzens (28.03.1923 – 17.06.2013), entré au PS en 1948, devenu municipal en 1958, député au Grand Conseil en 1970 et syndic en 1977.

Le journal de Bex, édité par l’Imprimerie Bach

Bonne chance à Alberto Cherubini pour la suite de son mandat !

Les dicastères d’Alberto Cherubini sont connus !