Le Musée historique du Chablais passe en mode gourmand

Le Musée historique du Chablais – devenu le seul musée qui change le plus souvent de conservateur que d’exposition – est désormais entre les mains de Beatrix Hurst.

« Chargée de communication » au comité de la Fédération des associations et fondations historique du Chablais (la Fédération est l’employeur du conservateur… ), « manager » de Chablais Gourmands et ancienne « project manager » de Chablais Région, la nouvelle élue décroche une casquette chablaisienne supplémentaire. Cette « nomination », intervenue avant l’assemblée générale de la Fédération, a de quoi interpeller…

D'une chapelle à l'autre ou le péché de gourmandise

Messes basses et péché de gourmandise au château de la Porte-du-Scex

La titulaire Béatrice Blandin a en effet tiré sa révérence en février,

Nouveau coup de sac à la tête du Musée du Chablais

Nouveau coup de sac à la tête du Musée du Chablais

après « trois petites saisons », le temps de se former en muséologie et de trouver un nouveau job à l’autre bout du lac, auprès de la section d’archéologie des Musées d’art et d’histoire de Genève. Un départ remarqué par Le Nouvelliste…

Le Nouvelliste, 8 février 2016

Le Nouvelliste, 8 février 2016

… et une arrivée relevée par le critique d’art genevois Etienne Dumont.

Etienne Dumont salue à sa manière l'arrivée de la nouvelle conservatrice !

Etienne Dumont salue à sa manière l’arrivée de la nouvelle conservatrice !

Passer le musée à la loupe et comprendre son fonctionnement, telle aura été la principale contribution de Béatrice Blandin durant ce bref passage à la Porte du Scex. Après avoir compris, elle a donc quitté l’institution…

Une loupe n'est pas de trop pour voir ce qui passe au château

Une loupe n’est pas de trop pour voir ce qui passe au château

Intitulé très exactement « Le Musée Historique du Chablais sous la loupe – L’évaluation muséale, un outil pour mieux comprendre le musée », le mémoire rédigé par Béatrice Blandin pour l’obtention du Certificat Cours de base en muséologie 2013-2014 révèle quelques chiffres intéressants. Le taux de fréquentation du musée est ainsi mis en lumière…

Une fréquentation confidentielle...

Une fréquentation confidentielle…

Entre 731 et 1009 visiteurs par année, tel est le score remarquable du Musée historique du Chablais pour les années 2010 à 2013. Au vu des moyens financiers engagés par les communes et la Loterie romande, on se demande à quoi sert l’argent et où il va ! Suite aux démarches de l’ancien président radical de Vouvry Albert Arlettaz pour attirer l’institution dans sa commune, force est de constater que rien ne va plus.

Un musée comme outil politique

Le patrimoine au service des politiciens

En reprenant les données contenues dans le Dossier de présentation aux Communes du Chablais réalisé par l’ancienne conservatrice Sandrina Cirafici,

Une présentation professionnelle de 2007

Un dossier de professionnelle transmis à toutes les communes du Chablais en 2007

on mesure le chemin parcouru… en arrière !

Une progression constante

Une progression constante durant les dix premières années…

En 2006, ce sont pas moins de :

  • 2400 visiteurs et
  • 50 classes

qui visitaient le Musée historique du Chablais à Bex. Dix ans plus tard, les chiffres annoncés dans le Rapport annuel 2015 de l’Association valaisanne des Musées sont sans appel :

  • 649 personnes et
  • 5 classes

Soit 3,7 fois moins de visiteurs et 10 fois moins de classes… 

En 2014, ils étaient encore de :

  • 955 personnes et
  • 8 classes

Il serait intéressant de connaitre le montant dépensé durant ces 10 dernières années pour obtenir un tel résultat. A l’aube de ses 20 ans, le Musée historique du Chablais se retrouve avec une fréquentation annuelle inférieure à celle de la première année ! La conseillère communale bellerine Anne Bileman Sanchez, membre du comité scientifique du Musée historique du Chablais, aura sans doute quelques explications à fournir.

Que serait le Musée sans comité scientifique ?

Que serait le Musée sans comité scientifique ?

Saline de Bex : le directeur a lâché la mine pour rebondir sur le pichet

En janvier 2012, Julien Hoefliger, alors directeur de la Saline de Bex SA, donnait son point de vue sur l’entreprise dans l’émission « Les petits matins » de RTS Radio Télévision Suisse. Il déclarait entre autre « Oui, alors écoutez, eh, c’est, c’est évident, eh, quand, quand on on lit l’histoire en fait et et les gens illustres qui ont, qui ont été à la tête eh de cette société, eh, au 19ème siècle, eh, lorsque c’était vraiment quelque chose de de très très important, on n’a pas envie eh d’être le dernier directeur, voyez celui qui par qui la fermeture de la société arrive. » [Ecouter l’émission – A partir de 37:00]

Les petits matins. RTS 20 janvier 2012

Les petits matins. RTS 20 janvier 2012

Or force est de constater que Julien Hoefliger a bel et bien été le dernier directeur de la Saline de Bex, car depuis son intégration aux Salines suisses, l’entreprise bellerine est désormais gérée depuis Pratteln (Bâle-Campagne).

Mais il ne quitte pas le monde souterrain pour autant, car comme nous l’apprend le quotidien 24Heures du 26 avril 2016, Julien Hoefliger s’est enfoncé dans les caves d’Uvavins, avec comme objectif développer l’exportation des crus régionaux sur le marché asiatique (air connu).uvavinsEt comme la mine fait deux pichets (selon l’Histoire du duché de Valois de 1764), il devra mettre les bouchées doubles !

La mine fait deux pichets

La mine fait deux pichets

Que devient la Fondation Strasser-Anex ?

Une vue du château d'Aigle

Une vue du château d’Aigle

Il y a 30 ans − mais qui s’en souvient ? − la création d’une Fondation Strasser-Anex « qui se verrait attribuer pour mission de réunir des souvenirs historiques du Grand-District (peintures, huiles, gravures) » figurait à l’ordre du jour de la réunion de printemps des syndics des deux districts de l’Est vaudois (Aigle et Pays-d’Enhaut). Il était alors question de doter cette fondation d’un capital de 200 000 francs à la mort de son créateur, l’antiquaire Fred Strasser établi au 25, Grand-Rue à Genève, mais Chablaisien de coeur.

Galerie Grand-Rue à Genève

Galerie Grand-Rue à Genève

Le magasin Strasser, à la Rue du Cropt, à Bex vers la fin des années 1890.

Le magasin Strasser, à la Rue du Cropt, à Bex vers la fin des années 1890.

La rue du Cropt, en 2015

La rue du Cropt, en 2015

Suite à la fermeture du Musée historique du Chablais situé sur la Place du Marché de Bex, la Fondation Strasser-Anex avait provisoirement trouvé refuge dans un café de la place. Depuis, rien de nouveau mis à part quelques changements au sein de la Fondation : l’architecte et municipal socialiste Pierre Dubois a fait son entrée au sein du conseil en novembre 2013 et les statuts ont été légèrement modifiés. L’article 2 mentionne en effet :

« Le siège de la Fondation est à Bex. Sa durée est indéterminée. (Les locaux nécessaires sont mis à la disposition par la Commune de Bex), dans la mesure du possible

Article 2 des statuts

Article 2 des statuts

Pour l’instant le possible n’est pas encore réalisé, mais la vente de quelques œuvres du fonds Strasser permettra peut-être de soulager le budget culturel de la Commune de Bex…

Vente Strasser

Vente Strasser

Le vœux de Fred Strasser serait ainsi exaucé.

Fred Strasser

Fred Strasser

Le Musée du Chablais reste fermé

Bien qu’annoncée depuis la fin de l’année 2014, la réouverture du Musée historique du Chablais n’a pas eu lieu. Officiellement resté fermé «pour cause de travaux», le Musée devrait entamer sa saison au plus tôt en juin 2015. Mais comment se fait-il que ces travaux n’aient pas été effectués pendant la pause hivernale ?

En travaux

Le Musée est en travaux…

Et comme le thème de la nouvelle exposition n’est pas encore connu, on se demande se qui se passe derrières les volets du château de la Porte-du-Scex…

De quoi s'interroger

De quoi s’interroger

Cette année – par une heureuse coïncidence – la Fugue chablaisienne propose une étape à la Porte-du-Scex. Organisateur de l’événement, le secrétaire de Chablais Région – Georges Mariétan – peut compter sur son ancienne collègue pour animer le site : grâce au partenariat entre le Musée du Chablais, dont Beatrix Hurst est la chargée de communication (Le Régional No 676, 19 septembre 2013), et l’association Chablais Gourmands, dont Hurst Béatrix est General Manager, il sera possible de «découvrir culture et gourmandises».

Chablais gourmands, mais pas seulement

Chablais Gourmands, mais pas seulement

Et que fait la directrice-conservatrice pendant ce temps ? Quels sont ses plans ? Une exposition à la carte, comme en 1997 ? L’affaire suit son cours, comme le Rhône…

Thème d'exposition ?

Une carte à jouer ?

Musée du Chablais : Traditions religieuses en 2015 ?

Deux mois avant l’ouverture de la saison 2015 du Musée historique du Chablais, on ne sait pas encore si le thème proposé par la conservatrice Béatrice Blandin sera retenu. Après le Chablais en temps de guerre et La forteresse abandonnée, les Traditions religieuses vont-elles investir la Porte du Scex ? Nul ne le sait.

PLR Vouvry

La Porte du Scex : tête de pont PLR ?

On s’interroge donc sur l’utilisation du confortable budget de CHF 120’000.- (1) alloué chaque année à cette institution présidée par… la présidente des Libéraux-Radicaux de Vouvry, l’inamovible Elfrieda Walder. Et bien que le PLR proclame haut et fort que «Nous voulons une société qui récompense l’engagement de tout un chacun en fonction de sa prestation», force est de constater que la pratique diffère des intentions…

Une décision du comité de la Fédération des Associations et fondations historiques datée de 2008...

Une décision du comité de la Fédération des Associations et fondations historiques datée de 2008 en attente d’exécution…

Revisitons les collections de la présidente, en attendant de plus amples informations sur la marche du Musée !

Collection 2009

Collection 2009

Collection 2010

Collection 2010

Collection 2013

Collection 2013

(1) http://www.rhonefm.ch/fr/news/le-musee-du-chablais-souhaite-devenir-un-lieu-culturel-incontournable-89726

ViaStoria : extinction de voies

« In der Sackgasse » (htr hotel revue 3 avril 2014), « Zentrum für Verkehrsgeschichte ist Geschichte » (NZZ, 8 avril 2014), « Gute Idee scheitert am «Gärtlidenken» » (Der Bund, 9 avril 2014), « Oberwallis: Trotz Konkurs gehts weiterhin über Stock und Stein » (Radio Rottu Oberwallis, 4 avril 2014), « Via Storia: Am Ende der Strasse » (Baublatt, 8 avril 2004).

L’annonce de la faillite de ViaStoria SA a été largement relayée dans la presse alémanique, mais curieusement les médias romands n’ont que mollement emboîté le pas. Depuis le 31 mars 2014, la société a en effet cessé toute activité commerciale.

 

Fin de parcours pour ViaStoria SA

Fin de parcours pour ViaStoria SA

ViaStoria SA avait pourtant des bureaux en Suisse romande, plus précisément sur le site du Château de Saint-Maurice, au fil du Rhône. Mais peut-être n’est-il pas de bon ton de mentionner cette faillite à quelques semaines du lancement du nouveau projet Interreg IV « Terra Salina », un avatar de « Via Salina » développé par… ViaStoria !

Anciens bureaux de ViaStorai SA à Saint-Maurice (VS)

Anciens bureaux de ViaStoria SA à Saint-Maurice (VS)

Depuis, les volets restent clos, signe que ViaStoria a bien posé les plaques

ViaStoria SA a posé les plaques

ViaStoria SA a posé les plaques

Seule une croix de Saint-Maurice semble veiller sur le site. Et si quelques pèlerins se hasardent sur la Via Francigena, il ne manqueront de relever la pertinence de l’inscription : « Souvenir de mission » !

Souvenir de mission...

Souvenir de mission…

Musée du Chablais : l’Espace Rhône prend l’eau

C’est un curieux message qui accueille les visiteurs du site internet du Musée historique du Chablais pour sa réouverture 2014 :

Espace Rhône
La date du vernisssage (sic) de l’Espace Rhône est repoussée en raison de la faillite d’un de nos mandataires. Des informations suivront. Merci de votre compréhension.

Un mandataire qu’Elfrieda Walder, présidente de la Fédération des associations et fondations historique du Chablais, dévoilait en février dernier dans le Nouvelliste : « La concrétisation du projet Rhône, exposition permanente mais évolutive qui doit investir le 1er étage, a quant à elle été confiée à Via Storia, par le biais d’un mandat externe ».

Or depuis le 31 mars 2014, « ViaStoria SA a annoncé sa faillite à l’office des faillites de Berne-Mittelland. ViaStoria SA n’était effectivement plus en mesure d’acquérir suffisamment de fonds pour ses projets, ni d’aides au financement pour ses travaux de recherche, de conseil et de conception. Avec l’ouverture de la procédure de faillite le 31 mars 2014, ViaStoria SA cesse par conséquent son activité commerciale. »

Et pourtant cela fait près de 6 ans que l’antenne romande de ViaStoria, dirigée par le géographe Sandro Benedetti, annonce l’ouverture de cet Espace Rhône !

  • En 2008 : Conception du nouveau musée historique du Chablais (pour le compte de ViaStoria) [www.bureaubenedetti.ch]
  • En 2008 : Mémoires du Rhône à Bramois : Un musée sur le Rhône au château de la Porte du Scex ? Sandro Benedetti, géographe [Programme du colloque]
  • En 2009 : Rotary Club d’Aigle : Conférence : Nouveau musée du Chablais à la Porte-du-Scex (VS), Sandro Benedetti, géographe [aigle.rotary1990.ch]
Conception du nouveau musée historique du Chablais (pour le compte de ViaStoria)

Conception du nouveau musée historique du Chablais (pour le compte de ViaStoria)

Un musée sur le Rhône au château de la Porte du Scex ?

Un musée sur le Rhône au château de la Porte du Scex ?

Nouveau musée du Chablais à la Porte-du-Scex (VS)

Nouveau musée du Chablais à la Porte-du-Scex (VS)

Et voici que pour cause de faillite, le vernissage tombe à l’eau ! Affaire à suivre…

 

 

« Le futur conservateur devra avoir des compétences en matière de tourisme »

Déclaration surprenante de Christian Schülé (actuel président de l’Association du Chablais), publiée dans le quotidien 24Heures du 31 mai 2013. Surprenante en effet, car le même quotidien titrait dans son édition du 13 mars 2009 : « Un professionnel du tourisme dirigera le nouveau Musée du Chablais » ! Et ce professionnel du tourisme, chargé de « faire prospérer le Musée historique du Chablais », c’était bien Christian Schulé…

Quels ont été les apports du professionnel du tourisme ?

Quels ont été les apports du professionnel du tourisme ?

Or le nouveau conservateur n’a fait qu’un bref passage à la Porte-du-Scex, sans réaliser les objectifs annoncés…

Un ancien directeur d'OT à la tête d'un musée.

Un ancien directeur d’OT à la tête d’un musée.

Comme le relevait Elfrida Walder « Le musée fonctionne à l’envers de tous les
autres. Nous n’avons pas de collection propre autour de laquelle construire nos expositions. Nous allons chercher le matériel auprès de nos fondations et associations
membres. Cela prend du temps, nous sommes pour la plupart des béotiens. »

Un musée qui fonctionne tellement à l’envers des autres qu’il ne respecte pas même ses propres décisions ! En témoigne le non versement du montant de CHF 4’000.-, décidé en séance du comité du 7 mai 2008. Une somme pourtant bien inférieure au salaire mensuel de CHF 4’262,75 versé à l’un des conservateurs… pour un emploi à 60 %.

A quand le versement ?

A quand le versement ?

La Fondation des Mines de sel de Bex ne paye plus

Lors de la séance du Conseil communal du 26 juin dernier, le syndic Pierre Rochat a annoncé que la Municipalité de Bex a dû faire une concession « concernant le non-encaissement de la taxe de divertissement émanant de la Fondation des Mines de Sel en 2012 ». En effet, a-t-il ajouté, « la Fondation n’a pas eu la possibilité de régler l’amortissement du prêt de 1,2 mios pour lequel la Commune est caution » avant de préciser que « la société anonyme « Mine de Sel » (sic) a accepté de payer Fr. 66’000.- à condition que la Commune renonce à son encaissement pour 2012 ». Le montant de cette taxe s’élevait à Fr. 71’500.-.

La Fondation des Mines de sel de Bex stoppe le versement de la taxe sur les divertissements

La Fondation des Mines de sel de Bex stoppe le versement de la taxe sur les divertissements

Le préavis No 2012/12 concernant l’arrêté d’imposition 2013-2014 prévoit pourtant toujours un impôt sur les divertissements, notamment pour les visites de sites géologiques. Mais comme le syndic Pierre Rochat siège au Conseil de la Fondation des Mines de Sel de Bex et que plusieurs autres membres de ce Conseil (Jean Louis Meylan, Philippe Benoît, Julien Höfliger et Giancarlo Ombelli) siègent également au sein du Conseil d’administration de la Saline de Bex SA, on peut penser que les arrangements entre ces trois entités ont  été facilités.

Le Régional pose une question intéressante !

Le Régional pose une question intéressante !

Dans l’article du Régional du 24 octobre 2013, Pierre Rochat explique le rôle de la fondation : « La Fondation a été créée pour assurer la pérennité du site touristique quoi qu’il advienne et depuis cette séparation d’avec la Saline, on frise les chiffres rouges. Nous pouvons espérer que cela tournera mieux en étant pris sous l’aile de Bâle ». Les Salines suisse du Rhin ne demandent du reste que ça !

Le directeur de la Saline de Bex SA, Julien Höfliger, avançait une explication un peu différente sur La Première en janvier 2012 : « Pour gérer aujourd’hui et assumer une activité culturelle de préservation du patrimoine c’est extrêmement difficile financièrement, c’est une activité qui est chroniquement déficitaire, qui est financée jusqu’à maintenant par les bénéfices de la saline […] depuis l’année passée en fait, alors ça c’est un peu un petit scoop, c’est quelque chose que publiquement on préfère pas trop dire puisqu’on aime à être resté identifié comme un groupe unique, mais on a transféré toute l’activité touristique dans une fondation, et ça pour plusieurs raisons, un pour faciliter la récole de fonds, la recherche de fonds, c’est plus facile quand on est une fondation que quand on est une société anonyme, c’est aussi pour avoir une transparence plus claire et précise sur le fonctionnement, les finances de cette activité et aussi pour si un jour la saline devait avoir des problèmes, le monopole devrait se terminer, que cette activité ne disparaisse pas.»

Retour à la case de départ : la Saline de Bex SA finance le secteur touristique, comme auparavant. Mais la commune de Bex ne touchera plus sa taxe sur le divertissement…

Avec les dirigeants des mines, le divertissement est garanti !