De retour de l’Expo de Milan, le directeur de la Saline de Bex SA quitte l’univers sel

La nouvelle ne semble pas encore avoir traversé la Sarine, mais selon une information des Salines Suisses, le directeur « Urs Hofmeier a pris officiellement congé de Monsieur Julien Hoefliger, responsable Business Unit spécialités. Ce dernier avait déjà soutenu la fusion avec enthousiasme et conviction lorsqu’il était directeur de Saline de Bex SA, puis membre de la direction des Salines Suisse, et il a contribué pour une très grande part au succès de ce projet porteur d’avenir. Nous lui adressons tous nos voeux pour le futur. »

Pour quelles raisons le directeur de la Saline de Bex a-t-il quitté son poste après 5 ans ? Le communiqué ne le dit pas. Affaire à suivre…

Après avoir mis son dernier grain de sel à Milan, Julien Hoefliger quitte l'univers sel

Après avoir mis son dernier grain de sel à Milan, Julien Hoefliger quitte l’univers sel

 

La Saline de Bex s’offre un partenaire de poids pour la Chine

Il y a 15 ans, le sel de Bex séduisait New-York et Tokyo grâce au « design typiquement helvétique des nouvelles boîtes de sel de table aux herbes des Alpes ». L’UDC Pierre-François Veillon, alors président de la défunte Société vaudoise des mines et salines, brandissait du reste le lot de salières « comme une arme miracle ».

Le sel de Bex a séduit New York et Tokyo

Le sel de Bex a séduit New York et Tokyo

En 2001, à la question du journaliste « Avant votre arrivée ont été lancés les sels de table aux herbes et les marchés étrangers semblaient prometteurs. Où en est-on aujourd’hui ? », Bruno Kemm, fraîchement nommé à la direction de la société des Mines et Salines, répondait: « Le produit n’a pas répondu aux attentes, ce qui est peu étonnant. L’expérience apprend que 80% des nouveaux produits sont des « flops » , malgré les connaissances actuelles en terme de marketing ».

Rebelote en 2007, avec l’apparition du sel des Alpes et sa gamme Welness. « Nous lançons ces produits cette semaine. A terme, on les trouvera chez Globus, Manor, dans les centres de bien-être et de beauté, ainsi que des hôtels de luxe. Le marché étranger commencera à être exploré dès le milieu de l’an prochain », déclarait la responsable de la nouvelle gamme de l’époque.

Pour avoir une bonne mine

Pour avoir une bonne mine

Déçus par les Nippons, les dirigeants de la Saline de Bex partent aujourd’hui à l’assaut de la Chine, comme le relate un article paru dans Le Matin du 31 juillet 2015. Un article sans doute inspiré de celui de la Sonntags Zeitung du 19 juillet qui titrait : « Schweizer Salz in chinesischen Suppen ».

La Chine craque pour notre sel

La Chine craque pour notre sel

Ainsi, une première cargaison de sel fin et de sel aux herbes bio est partie pour l’Asie afin de tester le marché local. La « pureté originelle de l’or blanc » et la « réputation sans faille » du produit devraient convaincre les Chinois, « qui ont une grande méfiance pour leurs produits locaux ». On les comprend, mais ils ne sont pas les seuls…

Notre passion...

Notre passion…

Le Matin ne reprend par contre pas les commentaires relatifs à la suppression du monopole du sel, férocement défendu par les cantons suisse. Ce qui a le dont d’agacer Globus, Coop et Migros qui souhaiteraient importer plus de sel étranger. Mais les consignes sont très strictes puisqu’ « Aucun permis d’importation n’est délivré pour les sels disponibles dans l’assortiment des Salines Suisses ». Voila qui restreint considérablement les possibilités d’échanges commerciaux…

Reste à savoir si les Vaudois, désormais sous tutelle bâloise, pourront mettre la Chine au pas. Notre sel « haut de gamme » demande 4 fois plus de ressources pour être extrait des profondeurs de la terre : ici on produit 35’000 tonnes de sel par année avec 40 employés, là-bas il n’en faut que 160 pour produire 565’000 tonnes !

Références:

  • La Presse Riviera-Chablais, 11-10-2000
  • Le Nouvelliste, 05-10-2007
  • Tribune de Genève, 02-03-2015
  • Basler Zeitung, 15-05-2015
  • Sonnatags Zeitung, 18-06-2015
  • Le Matin, 30-07-2015

Les Verts du Chablais remettent le couvert

Le Café-écolo du 28 mai 2015 mettra en dialogue la coprésidente des Verts suisses et Conseillère nationale vaudoise, avec Céline Jurik responsable des Paniers de l’Abeille et Lionel Favre, maraîcher bio à Riddes.

La Suisse importe près de la moitié des denrées alimentaires qu’elle consomme. Du coup, nous trouvons sur nos étals des aliments issus de la production industrielle de masse dont les méthodes peuvent s’avérer très problématiques pour l’environnement. De plus, ils sont parfois produits au détriment des humains et des animaux.

Or, il est possible de créer un marché de denrées alimentaires qui respecte l’environnement, les animaux et qui permette aux producteurs et à leur famille d’obtenir un revenu décent. L’agriculture de proximité en est un exemple. Elle donne un avantage concurrentiel aux produits issus d’exploitations paysannes familiales ou du commerce équitable.

En réunissant la coprésidente des Verts suisses, active au niveau national pour valoriser le commerce des produits issus d’une agriculture et d’un commerce durables, une entrepreneuse active dans la distribution de produits agricoles bio et un producteur régional engagé dans l’agriculture bio, ce Café-écolo a pour but de mettre en évidence quelques pistes de solutions pour une alimentation équitable et durable.

Tiré du communiqué de presse du 18 mai 2015cafeecolomai2015

Le Musée du Chablais reste fermé

Bien qu’annoncée depuis la fin de l’année 2014, la réouverture du Musée historique du Chablais n’a pas eu lieu. Officiellement resté fermé «pour cause de travaux», le Musée devrait entamer sa saison au plus tôt en juin 2015. Mais comment se fait-il que ces travaux n’aient pas été effectués pendant la pause hivernale ?

En travaux

Le Musée est en travaux…

Et comme le thème de la nouvelle exposition n’est pas encore connu, on se demande se qui se passe derrières les volets du château de la Porte-du-Scex…

De quoi s'interroger

De quoi s’interroger

Cette année – par une heureuse coïncidence – la Fugue chablaisienne propose une étape à la Porte-du-Scex. Organisateur de l’événement, le secrétaire de Chablais Région – Georges Mariétan – peut compter sur son ancienne collègue pour animer le site : grâce au partenariat entre le Musée du Chablais, dont Beatrix Hurst est la chargée de communication (Le Régional No 676, 19 septembre 2013), et l’association Chablais Gourmands, dont Hurst Béatrix est General Manager, il sera possible de «découvrir culture et gourmandises».

Chablais gourmands, mais pas seulement

Chablais Gourmands, mais pas seulement

Et que fait la directrice-conservatrice pendant ce temps ? Quels sont ses plans ? Une exposition à la carte, comme en 1997 ? L’affaire suit son cours, comme le Rhône…

Thème d'exposition ?

Une carte à jouer ?

Groupe Mobilité Chablais

Poids lourd dans le débat

Poids lourd dans le débat…

«Poids lourd dans le débat» de la mobilité dans le Chablais, le Groupe Mobilité Chablais a récemment vu ses efforts récompensés. En effet, sa proposition de boucle ferroviaire à voie normale entre Bex et Massongex permettant de connecter la ligne du Simplon à celle du Sud-Léman (Tonkin) fait désormais partie des propositions qui seront officiellement déposées à Berne.

Le Régional - 18 mars 2015

Le Régional – 18 mars 2015

Le Régional - 18 mars 2015

Le Régional – 18 mars 2015

Pour Pascal Bovey, délégué à la mobilité de l’Etat du Valais, «Le GMC propose des solutions plausibles, pragmatiques, sans faire de sculpture sur nuage».

24Heures - 10 mars 2015

24Heures – 10 mars 2015

24Heures - 10 mars 2015

24Heures – 10 mars 2015

Et selon Radio-Chablais, «Le Groupe Mobilité Chablais [est) sur de très bon rails». Ce media omet cependant de citer la liaison Bex-Massongex-Monthey !

Radio Chablais - 12 mars 2015

Radio Chablais – 12 mars 2015

Affaire à suivre, dès que le rapport transmis à Berne sera disponible.


Liens:

 

 

Les partis nous transportent

A l’approche des prochaine élections, le thème de la mobilité dans le Chablais inspire les partis politiques. La présidente du parti bellerin Ouverture, Anne Bielman, en a «marre d’avoir un train de retard» (1) et se penche avec intérêt sur les problèmes de la gare de Bex, comme en témoigne le 24Heures du 24 novembre 2014 : «On pourrait mener une étude à l’échelle de la région pour démontrer les besoins. Nous sommes entrés dans un cercle vicieux: on attend que le nombre d’usagers augmente pour se préoccuper du problème, mais on ne fait rien pour rendre notre gare attractive. Des habitants de Monthey se rendent sur la Riviera ou sur Lausanne en voiture, faute de train à Bex et de parkings adéquats à Aigle. En améliorant la situation, on gagnerait en fréquentation» (à noter qu’il existe aussi des habitants et habitantes bellerines qui se rendent à Lausanne sans prendre le train en gare de Bex). Rien de très nouveau puisque de nombreuses études ont été entreprises, en particulier dans le cadre de ChablaisAgglo et que le Groupe Mobilité Chablais, en collaboration avec d’autres associations, planche depuis plusieurs années sur différentes solutions réalistes.

Les pros du covoiturage !

Ouverture: les pros du covoiturage !

La proposition de monorail de la jeune section chablaisienne des Verts’libéraux semble plus accrocheuse, mais en y regardant de plus près, on découvre une publicité cachée pour une société québécoise (2)… La photo publiée par le quotidien 24Heures ne laisse que peu de doute la-dessus.

On peut toujours rêver !

On peut toujours rêver !

Bientôt un monorail à Montréal ? Comme à Villeneuve ?

Bientôt un monorail à Montréal ? Comme à Villeneuve ?

Bientôt un monorail au Luxembourg ?  Comme à Villeneuve ?

Bientôt un monorail au Luxembourg ? Comme à Villeneuve ?

Du Luxembourg au Canada en passant par le Maroc, le même monorail semble apporter LA solution aux problèmes de transport !

Image connue...

Image connue…

L’idée d’un monorail parcourant le Chablais, en particulier en ville de Monthey, n’est cependant pas nouvelle. En 1988, le Conseil général de Monthey se penchait sur le projet d’une telle infrastructure.

Un monorail pour Monthey ?  Comme à Villeneuve ?

Un monorail pour Monthey ? Comme à Villeneuve ?

Mais faute de pouvoir démontrer son utilité, il fut rapidement abandonné !

D'abord démonter l'utilité !

D’abord démonter l’utilité !

On suivra avec intérêt les voies que nous montrent ces petits partis politiques pour résoudre les problèmes de mobilité dans le Chablais.

Proposition pour relier les deux rives du Rhône de manière efficace, économique et réaliste.

Proposition pour relier les deux rives du Rhône de manière efficace, économique et réaliste.

(1) http://www.leregional.ch/N67137/marre-d-avoir-un-train-de-retard.html

(2) http://mgvquebec.ca/

Musée du Chablais : Traditions religieuses en 2015 ?

Deux mois avant l’ouverture de la saison 2015 du Musée historique du Chablais, on ne sait pas encore si le thème proposé par la conservatrice Béatrice Blandin sera retenu. Après le Chablais en temps de guerre et La forteresse abandonnée, les Traditions religieuses vont-elles investir la Porte du Scex ? Nul ne le sait.

PLR Vouvry

La Porte du Scex : tête de pont PLR ?

On s’interroge donc sur l’utilisation du confortable budget de CHF 120’000.- (1) alloué chaque année à cette institution présidée par… la présidente des Libéraux-Radicaux de Vouvry, l’inamovible Elfrieda Walder. Et bien que le PLR proclame haut et fort que «Nous voulons une société qui récompense l’engagement de tout un chacun en fonction de sa prestation», force est de constater que la pratique diffère des intentions…

Une décision du comité de la Fédération des Associations et fondations historiques datée de 2008...

Une décision du comité de la Fédération des Associations et fondations historiques datée de 2008 en attente d’exécution…

Revisitons les collections de la présidente, en attendant de plus amples informations sur la marche du Musée !

Collection 2009

Collection 2009

Collection 2010

Collection 2010

Collection 2013

Collection 2013

(1) http://www.rhonefm.ch/fr/news/le-musee-du-chablais-souhaite-devenir-un-lieu-culturel-incontournable-89726

Qui se cache derrière Mon Village sans Dealers ?

Les Bellerins ont récemment reçu un tout ménage les invitant à signer une pétition adressée à la Municipalité de Bex. Tout un chacun peut ainsi formuler sa demande en direct : « Nous voulons vivre dans un village sans dealers, merci d’appliquer la tolérance zéro ».

Plus de 250 signatures virtuelles ont d’ores et déjà été déposées. Pourtant, ni le flyer, ni le site internet de ce mouvement citoyen ne permettent de savoir qui est à l’origine de cette démarche. Comme quoi on peut faire signer n’importe quoi par n’importe qui sur la base de quelques arguments populistes. Seuls deux indices, les armoiries de la Commune de Bex et le logo de la Police du Chablais (EPOC), donnent un caractère officiel au papillon. On peut cependant douter que la Municipalité de Bex lance une pétition adressée à elle-même…

Le flyer semble très officiel

Le flyer semble très officiel

Certains commentaires très pragmatiques, comme « En tant que propriétaire je ne peux laisser cette situation dévaloriser mon patrimoine », interpellent. La prochaine séance d’information organisée à Bex permettra peut-être d’en savoir plus sur les auteurs de cette initiative. Les autorités appliqueront-elles la tolérance zéro pour usage abusif des symboles officiels ?

Oui à la tolérence (sic) zéro !

Oui à la tolérence (sic) zéro !

A lire également : http://www.24heures.ch/news/standard/deal-rue-mis-pression-bex/story/17951614