Un exemple de « technologie appropriée »

(source: http://www.4real.com/blog/details.asp?p=4REAL&rid=7923)

A l’adolescence, plusieurs livres m’ont marqué. « Small is beautifull » de Ernst Friedrich Schumacher fait partie de ceux-là. A l’époque, le développement humain ne s’appelait pas encore « durable ». Mais l’idée de technologie appropriée visait le même but: offrir aux plus démunis les moyens d’accéder à plus de dignité sans être mis sous perfusion financière des « nations riches ». Le Hippo Water Roller (voir photo ci-dessus) constitue un magnifique exemple de technologie appropriée. Produit localement (en Afrique du Sud) à partir de plastique (PEHD) et de tube d’acier, il permet à des femmes et des enfants de diviser par cinq le temps consacré quotidiennement à la corvée de l’eau.

Ce temps peut être consacré à d’autres activités sociales, éducatives ou économiques. Dans le monde industrialisé, de tels « gains de productivité » n’existent tout simplement pas. Le « rapport coût/efficacité » s’avère exceptionnel.

L’alternative consisterait à exporter nos technologies de captage, de filtration et de distribution de l’eau. Et d’y ajouter les réseaux d’eaux usées, les stations d’épuration et l’application du « principe pollueur-payeur » pour le financement des services publics en faveur de l’environnement. Toutes choses hors de propos!

Pour l’heure, j’évalue mal ma capacité à faire progresser ce genre de projets. Toutefois, la ligne de conduite me semble évidente…

4 réflexions au sujet de « Un exemple de « technologie appropriée » »

  1. En réalité, les bains ne pèsent pas lourd dans notre consommation d’eau. La chasse d’eau des WC constitue le plus gros poste de gaspillage. A ce propos, la technologie appropriée dans ce cas, ce sont les toilettes à compostage (tels ceux que j’ai construits et testés dans les années ’80). C’est une immense aberration contemporaine que de souiller avec nos excréments de telles quantités d’eau, purifiée et distribuée à grands frais, avant de les rejeter dans des réseaux d’assainissement encore plus coûteux. Et, au final, on ne récupère même plus les nutriments naturels qui pourraient servir d’engrais pour nos sols, puisque les boues de STEP sont brûlées et que les cendres sont mises en décharge!

  2. Bonjour,

    Proposant une idée « Encyclopédie du How-TO Low-tech », sur le site des crapauds-fous (à https://wiki.crapaud-fou.org/Encyclop%C3%A9die-du-How-to-low-tech )
    j’aimerais avoir votre assistance pour gérer (prévoir au plus tôt, intégrer la variation d’effort et de résultats pour un processus de préparation donné (un How-To) ) la variabilité liée à l’espace (dans quel lieu , quel pays, latitude) et au temps (quel contexte technologique, quelle durée de réalisation, temps des transports et saisons ) sont des facteurs primordiaux pour adapter chaque technique Low-Tech à chaque terrain.
    J’aimerais construire un « Comment faire » un « que prendre en compte » pour chaque domaine permettanat de s’adapter à beaucoup de réalités,
    et vous êtes plus expert que moi en ce domaine?

    Désirez vous m’accompagner dans cette activité ?

    Cordialement

    Jean-Luc Lenouvel

  3. Bonsoir,

    Merci pour ce lien que je viens d’aller voir.

    Je ne me sens pas expert sur les questions que vous abordez (et que je ne suis pas sûr de bien comprendre), mais je vous encourage vivement à poursuivre dans le sens du low-tech et de la connaissance partagée.

    Peut-être qu’une plateforme comme Pinterest, qui grouille de propositions allant précisément dans ce sens, pourrait être un bon complément à votre initiative. Voici les épingles que j’ai accrochées à mon tableau Pinterst: https://www.pinterest.ch/fmarthaler/.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *