Intel Active Management Technology: porte arrière grande ouverte!

(Source: 01net.com, 17.06.2016)

Ça fait franchement peur! Depuis 2008, Intel intègre dans un nombre croissant de ses processeurs (CPU) un Management Engine (ME), qui comprend le service d’administration à distance Active Management Technology. Selon cet article de la Free Software Foundation, le Management Engine et les logiciels propriétaires qui le constituent, permet à ceux qui ont la clé publique d’accéder à toutes les ressources cryptées de ce système fonctionnant comme un ordinateur dans l’ordinateur, que la machine soit allumée ou éteinte, et donnant accès à toutes les données, logiciels, frappes sur le clavier, affichage à l’écran, webcam, micro… Bref, une backdoor (porte arrière) large comme une porte de grange!Bien qu’il y ait de bonnes raisons de s’inquiéter des moyens dont semble disposer la NSA pour voir tout ce que vous faites sur votre ordinateur, les gens qui n’ont aucune accointance avec le terrorisme se disaient que ce n’était pas si grave, surtout si cela peut permettre de déjouer des actions terroristes.

Dans le cas qui nous occupe, ce n’est pas une agence publique en charge de la sécurité qui dispose d’un accès illimité, mais n’importe quelle multinationale disposant des moyens financiers exigés par Intel pour obtenir la clé publique au Management Engine, à commencer par les éditeurs de logiciels propriétaires (Microsoft, etc.) et les fabricants d’ordinateurs utilisant des composants Intel (Apple, Lenovo, Dell, HP, etc.). Ça fait froid dans le dos et nul ne sait combien Intel empoche pour cela! Mais on devine que les sommes en jeu sont astronomiques… Sans parler des hackers malfaisants qui auront réussi à casser la clé leur donnant accès à votre ordinateur, même éteint, sans laisser aucune trace, pour passer, par exemple, des ordres bancaires…

Le vrai drame est qu’il est impossible à l’utilisateur de se débarrasser de cet incroyable mouchard. C’est ainsi que les développeurs de Libreboot, une alternative au BIOS propriétaire installé sur votre ordinateur pour pouvoir démarrer, relèvent qu’il est impossible de remplacer cet espion caché au plus profond de la machine, mettant en échec le projet d’un ordinateur entièrement libre.

Certains, comme Purism, pense pourtant pouvoir libérer un ordinateur équipé d’un CPU Intel. D’autres, comme l’équipe promouvant le PowerPC Notebook, forment le projet de concevoir un ordinateur basé sur une architecture PowerPC.

Cependant, l’hégémonie des multinationales en position quasi-monopolistique, comme Microsoft ou Intel, n’ont pas fini d’imposer leur loi… Pour l’heure, le seul moyen de rester un Homme libre est de ne plus utiliser aucun ordinateur, tablette ou smartphone. Certains y parviennent…

Plus d’infos sur Active Management Technology (AMT).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *