Obsolescence déprogrammée: why! et La Bonne Combine en pionniers


(Source: RTS, A Bon Entendeur, 24.04.2018)
Le 24 avril 2018, l’émission de défense des consommateurs « A Bon Entendeur » de la Radio Télévision Suisse (RTS) était entièrement consacrée à l’obsolescence programmée et surtout aux possibilités de plus en plus nombreuses de la déjouer. L’enquête fait une large place à La Bonne Combine, atelier de réparation en tous genres que j’ai créé il y a 38 ans, et aux ordinateurs durables why!, que j’ai lancé en 2012 (mon Dieu, ça file!). Lire la suite

L’ONU condamnée à miner de la cryptomonnaie pour se financer

(Source: UNICEF, programme Game Chaingers pour aider les enfants de Syrie)

Les coupes états-uniennes dans les financements des programmes des Nations Unies semblent fonctionner comme un électrochoc… A en croire cet article de Développez.com, l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) vient de lancer une action mondiale invitant les gamers à mettre la puissance de calcul de leurs cartes graphiques à sa disposition pour miner de l’ether pour le compte de l’enfance malheureuse… Lire la suite

Crowdfunding, open hardware et coopération au développement durable

(Source: projet de pico-turbine du CEAS à la recherche d’un financement participatif sur kisskissbankbank.com)

Encore un projet enthousiasmant alliant financement participatif (crowdfunding), savoir partagé (open hardware) et coopération dans une perspective de développement durable! J’en suis d’autant plus heureux qu’il s’agit du deuxième projet de cette nature lancé à Madagascar par le Centre écologique Albert Schweitzer depuis que je siège dans son conseil de fondation. Il s’agit de trouver grâce au crowdfunding environ 1/4 du financement (EUR 18’000.-) pour développer et construire 4 pico-centrales hydrauliques (3 kW) pour fournir de la lumière aux habitants de petits villages malgaches. Lire la suite

« Informatique: l’État client des multinationales »

(Source: Le Courrier, jeudi 28 septembre 2017, Philippe Bach)

Pour l’heure, seul le quotidien indépendant Le Courrier a traité du dossier des appels d’offres du PAIR (Partenariat pour les Achats Informatiques Romands) et des privilèges accordés aux multinationales du secteur, seules autorisées à déposer une offre pour livrer des dizaines de milliers de PC sous Windows (et éventuellement sous GNU/Linux). Comme le dit la conclusion de l’article, la question se pose maintenant en termes politiques et de durabilité numérique. Et la durabilité numérique est indissociable de l’open source (voir www.digitale-nachhaltigkeit.ch).

Lire l’article au format PDF (2017.09.28_Le_Courrier_07.Region, pdf 240 ko).

Marchés publics romands: seules les multinationales peuvent déposer une offre!

(source: Wikipédia – Tribunal fédéral suisse)

Écœurement judiciaire! Après 3 ans de procédure, dans un arrêt du 25 août 2017 (voir 2017.08.25_Arrêt_du_TF, PDF 766 ko; non-publié), le Tribunal fédéral vient de considérer irrecevable le recours formé par why! open computing SA contre la procédure d’appel d’offres du PAIR (Partenariat des Achats Informatiques Romands) pour le renouvellement de l’informatique de plusieurs dizaines de milliers de postes informatiques en 2015-2016. Fort de cette décision, après avoir prolongé d’un an la précédente adjudication, le PAIR a immédiatement relancé (au nom des cantons romands, des villes, du CHUV, des HUG, des HES, etc.; voir liste des membres) un appel d’offres pour 2018-2019 rédigé comme cela se fait depuis une quinzaine d’années: seules les multinationales (HP, Dell, Lenovo, etc.) sont autorisées à déposer une offre pour ce marché qui sera attribué à 2 multinationales sans garantie que les membres du PAIR leur passeront effectivement commande. De surcroît, ces machines ne sont testées que pour l’OS Windows. Lire la suite

why!, les ordinateurs programmés pour durer

(source: 24 Heures, édition du 15.08.2017, photo Dominic Favre)

Dans le cadre de sa série de l’été « Demain la Suisse » consacrée aux projets existants qui concrétisent les objectifs du Développement Durable, le quotidien 24 Heures a publié, le 15 août 2017, une belle page pour présenter les ordinateurs durables why!…

L’article n’étant accessible qu’aux abonnés, je publie la page en question avec l’accord de la rédaction. Lire l’article complet: 2017.08.15_24heures_LAUSANNE_page_24.pdf, 473 ko.

Berne va créer une plateforme d’échange pour les logiciels libres

(Source: site Internet du Groupe parlementaire pour une informatique durable)

Ce mardi 13 juin 2017, le Grand Conseil du canton de Berne a adopté, par 98 oui et 48 non, une motion intitulée « Économiser les deniers publics et promouvoir l’innovation par l’échange ouvert de données et logiciels publics » (traduction libre; article en allemand). Encore une avancée remarquable réalisée sous l’impulsion du Groupe parlementaire pour une informatique durable animé par Matthias Stürmer, membre, comme moi, du comité de ch-open, l’association qui promeut depuis 25 ans les logiciels libres en Suisse. Le Gouvernement est ainsi invité à publier sous licence libre le code source des logiciels qu’il développe sur une plateforme telle que Github, afin de permettre à d’autres collectivités publiques de les utiliser et de contribuer à leur développement. Lire la suite

Intel Active Management Technology: porte arrière grande ouverte!

(Source: 01net.com, 17.06.2016)

Ça fait franchement peur! Depuis 2008, Intel intègre dans un nombre croissant de ses processeurs (CPU) un Management Engine (ME), qui comprend le service d’administration à distance Active Management Technology. Selon cet article de la Free Software Foundation, le Management Engine et les logiciels propriétaires qui le constituent, permet à ceux qui ont la clé publique d’accéder à toutes les ressources cryptées de ce système fonctionnant comme un ordinateur dans l’ordinateur, que la machine soit allumée ou éteinte, et donnant accès à toutes les données, logiciels, frappes sur le clavier, affichage à l’écran, webcam, micro… Bref, une backdoor (porte arrière) large comme une porte de grange! Lire la suite

Et maintenant l’open science!

(source: Free Software Foundation Europe)

L’idée tient de l’évidence: si de l’argent public est investi pour financer des recherches dans le domaine scientifique, il faut que cela puisse servir au plus grand nombre. Ainsi, les retombées sur la connaissance, l’économie et l’innovation seront plus importantes! La Free Software Foundation Europe a œuvré pour que cette idée s’impose au sein de la Communauté européenne. Dans sa publication « Science, Technology and Innovation Outlook 2016« , l’OCDE est exactement sur la même ligne: encourager le partage et la réutilisation de résultats de recherche génère plus de valeur pour un même investissement public. Lire la suite